Saâdane Afif

Lauréat du Prix Meurice 2014/2015

Le 12 octobre 2015, à 20h, les membres du jury ont proclamé Saâdane Afif, représenté par la Galerie Mehdi Chouakri, artiste lauréat de la 8e édition du Prix Meurice pour l'art contemporain.

 

Saâdane Afif est né à Vendôme en 1970. Il vit et travaille à Berlin. Défini comme post-conceptuel, le travail de Saâdane Afif joue sur les notions d’interprétation, d’échange et de circulation. Cette approche est polymorphe (performance, objets, sculptures, textes, posters) et s’empare de l’exposition comme un prétexte de production et d’activation. En 2004, lors de l’exposition Melancholic Beat à Essen, Saâdane Afif tente une expérience qui deviendra un leitmotiv de son travail. À cette occasion, il commande auprès de l’artiste Lili Reynaud-Dewar des paroles de chansons, en relation avec l’oeuvre présentée. Fort de la qualité du retour de cette commande, Saâdane Afif a, par la suite, répété ce geste de manière systématique. Depuis, il commande à des auteurs des textes de chansons ou textes poétiques en relation avec chacun

de ses nouveaux projets d’exposition. Ces textes sont devenus un matériau à part entière de son travail. Au fil des années, la pratique artistique de Saâdane Afif s’est nourrie de la production musicale pour sa force de proposition conceptuelle, car elle enclenche un processus perpétuel de réinterprétation et de dissémination de l’oeuvre.

 

Le projet vainqueur, intitulé Das Ende der Welt (La fin du monde) est le film de la performance d’une pièce musicale pour chœur et batterie, commandée par Saâdane Afif à Augustin Maurs, dans le cadre de son exposition au Museum für Naturkunde de Berlin.

Cette composition musicale, qui suit une trame narrative et figurative, représente l’idée d’une scène de panique qui se situerait quelques instants avant la fin du monde.

Le film sera tourné dans un théâtre de Berlin. Empruntant à l’esthétique austère du film de concert classique qui vient documenter l’interprétation d’une œuvre, le film s’attachera avant tout à restituer le portrait d’un groupe humain qui, tout en s’adonnant à une activité collective, le chant, exprime également sa propre disparition par la nature même de l’œuvre représentée.

C’est ce va-et-vient entre le documenté et le représenté qui fonde l’existence de ce film. La puissance de la pièce musicale est retranscrite par la délicatesse d’un film, dont les mouvements de caméra tentent de saisir l’émotion émanant de chaque choriste.

Le film sera présenté sous forme d’une installation vidéo one channel, projeté sur un écran, avec une grande attention portée à la sonorisation de l’espace. Comme pour chacune de ses œuvres, Saâdane Afif commandera une série de textes de chansons en relation avec ce projet de film.

 

Le film sera exposé à la galerie Mehdi Chouakri, à Berlin, lors du Berlin Gallery Weekend 2016, au Musée de Tamayo de Mexico, sous le commissariat d’exposition de Juan Gaitán, courant septembre jusqu’à novembre 2016.

Aussi, une discussion a été amorcée avec la commissaire d’exposition Yuko Hasegawa, pour un projet d’exposition en 2016 au ZKM (Zentrüm für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe).